Le col d'Escots.

Un petit pincement au coeur ce matin, mais le GR10 m'attend: je repars. 

 

 

 

 

 

La journée s'annonce belle et j'attaque mes 900 m de dénivelés. 

 

 

 

 

 

                                                             Même en Ariège, il reste encore des névés !

 

 

 

 

 

Mais faut dire que ça rajoute à la beauté des paysages. 

 

 

 

12h30, j'arrive au col de Fitte (1380 m). Et Super GR10 va encore frapper !! L'ami belge Hugues (que l'on a rencontré hier soir au resto) a perdu sa carte sur une murette à St Lizier d'Ustou. Je la ramasse, on ne sait jamais, si je le revois. Sans carte, l'ami belge se perd, je le rattrape et la lui rend !! Bravo Super GR10 !!!!

 

 

 

 

 

Je passe à côté de la station de Guzet neige qui ma foi, s'intègre bien dans le paysage. 

 

 

 

 

 

                        Si je ne me trompe pas, j'adresse un dernier coucou au mont Vallier. 

 

 

 

 

 

A 16h00, je franchis le col d'Escots (1625 m).

 

 

 

 

 

                                       Plus qu'à descendre dans un verdoyant vallon. Splendide. 

 

 

 

 

 

J'aperçois sur la petite crête au milieu, le plateau où je vais dormir. 

 

 

 

 

 

                                             La descente sera quand même assez technique. 

 

 

 

 

 

Avec de magnifiques petites cascades. 

 

 

 

Enfin à 19h45, je bivouaque au plateau de Souliou (1300 m).

Aujourd'hui spéciale dédicace à mon cousin Pascal. On sait jamais où il est: à Londres, à Cologne ou aux Hivers alors bon anniversaire mon grand. 

A demain les amis. 

 

Bilan : 13 km, cumul : 592 km. 

Commentaires : 8
  • #8

    Hugues (mardi, 05 août 2014 00:31)

    merci Thierry pour ton RIRE! je l'ai encore à l'oreille, sans doute pour le restant de ma vie... Et j'espère te rendre visite, un jour ? Dans ton repaire de billard!
    Hugues, le belge.
    PS tu m'as fait la honte de te savoir parti d'Aulus alors que l'orage était OBLIGATOIRE!!! Je n'en ai pas dormi, avec l'envie de prendre mes bottines et courrir voir où tu avais mis ton abri ... on se sent petit par rapport à la force de ton... RIRE! Courage pour ta femme, aussi, que j'ai eu l'honneur de côtoyer, la veille. et bravo à vous deux!

  • #7

    Pascal Troupeau (samedi, 26 juillet 2014 19:13)

    Grosses bises á Thierry et Catherine pour ce week-end de marche, et bon courage!
    Je vous embrasse trés fort, Pascal

  • #6

    fanfan (jeudi, 24 juillet 2014 23:12)

    Félicitations pour ce beau projet!
    La providence a voulu que vous retrouviez la carte de mon mari.
    Merci et belle route!

  • #5

    Iris (jeudi, 24 juillet 2014 21:09)

    Cc Thierry me voilà revenue de vacances , je vois que tu vas bien biz

  • #4

    marie euzen (jeudi, 24 juillet 2014 20:51)

    toujours pressée de voir tes photos, te lire, suivre ton parcours ! continue tu nous fit voy

  • #3

    Linette et Michel. (jeudi, 24 juillet 2014 13:42)

    Coucou Thierry,
    Te voilà en Ariège, encore de belles images avec des commentaires passionnants.
    Seixe, Guzet nous rappellent de bons souvenirs,
    par contre j'admire ce que tu fais, et je dis te chapeau ...Je ne trouve pas de mots assez forts pour qualifier ce que tu fais.
    car moi j'ai failli rendre l'âme, il y a 20 ans de cela, au col de la Trappe en montant à Guzet à Vélo.... Michel aurait peut être été content!!!! qui sait !!!!
    Continues avec le courage qu tu as, et à bientôt.
    Bonne journée.
    Nos amis communs, Bernard et Dany doivent s'en souvenir.

  • #2

    katcathe (jeudi, 24 juillet 2014 00:08)

    Les Pyrénées Ariégeoises... belles... sauvages... j'adore... Douce nuit mon frère, seules deux nous séparent maintenant :-) On arrive avec le ravitaillement, tout le ravitaillement, et toute notre admiration...

  • #1

    Papa Anne-Marie (mercredi, 23 juillet 2014)

    Super, demain tu passes les 600 kms, Toujours d'aussi belles photos et surtout toujours la pêche, c'est magnifique !!
    Toujours aussi fiers de toi et de ton exploit. Nous sommes dans les Pyrénées en pensée et t'accompagnons virtuellement a travers tous ses paysages luxuriants. Tu tiens le bon bout, moins d'un tiers du parcours ! Affectueusement